• ORGANISME PROCEDANT A LA MISE EN CONCURRENCE

PORTS DE LILLE, Service Industriel et commercial de la CCI Hauts de France, dont le siège est situé Place Leroux de Fauquemont – CS 91394 – 59014 LILLE CEDEX

 

  • OBJECTIFS DE L’APPEL A MANIFESTATION D’INTERET (AMI)

L’objectif de cet AMI lancé en application des dispositions de l’article L.2122-1-1 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques (CGPPP) est d’identifier les opérateurs logistiques susceptibles d’occuper un bâtiment afin d’y mener des activités liées à la distribution urbaine de marchandises. Ce bâtiment, actuellement désigné sous l’acronyme de CMDU (Centre Multimodal de Distribution Urbaine), est implanté au Port de Lille.

 

La mise à disposition du bâtiment est prévue de suite et l’autorisation de l’occuper prendra la forme d’une convention d’occupation temporaire sur le domaine public, régie par les dispositions du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques.

Le régime des baux commerciaux est exclu.

  • DESCRIPTION DU BATIMENT MIS A DISPOSITION

Inauguré en mai 2015, le CMDU est un bâtiment dont la rénovation a fait l’objet d’un soin particulier et qui a d’emblée été conçu pour accueillir des activités liées à la distribution urbaine et à la livraison des marchandises en ville.

Il s’étend sur une surface intérieure de 2 677 m², dont 108 m² de bureaux et sanitaires.

Une surface extérieure de 1 340 m² est également mise à disposition.

Destiné à des activités de livraison en ville, le bâtiment dispose d’accès conçus pour différents types de véhicules, dont certains exclusivement réservés à cet usage (ex : vélos-cargos). De ce fait il est équipé de 4 quais niveleurs adaptables pour tous types de véhicules routiers mais aussi de 2 rampes d’accès pour les véhicules légers de moins de 3,5 T ainsi que pour les 2 ou 3 roues.

De par sa situation au sein d’un port fluvial, le bâtiment est en prise directe avec le canal à grand gabarit, bordé par un quai lourd comme le montre la photo ci-dessous. Il est donc en mesure de recevoir des produits par la voie d’eau. En outre, il est également accessible par wagon, une ligne ferroviaire le bordant coté canal. C’est donc bien un outil disposant d’une véritable dimension multimodale. Cet aspect est encore souligné par la proximité du terminal à conteneurs L.C.T, qui lui ouvre un large éventail de facilités en matière de livraisons conteneurisées, par train et par bateau.

Le bâtiment dispose d’une localisation géographique idéale en matière de distribution urbaine. Il est situé à 3 km de la Grand-Place de Lille et en prise directe avec l’hypercentre. Celui-ci est donc accessible dans les meilleures conditions de rapidité. Son accès pour le personnel et les visiteurs utilisant les transports en commun est facile puisqu’il se situe à moins de 100 mètres de la station de métro « Port de Lille ». Enfin, le giratoire d’accès au périphérique de Lille, ouvrant sur toutes les directions, est distant de moins d’1 kilomètre.

 

Ce bâtiment constitue donc, par sa localisation, sa configuration et ses équipements, un outil parfaitement adapté à sa mission première, qui est de faciliter l’approvisionnement des commerces et ponts de vente situés dans l’hypercentre par des moyens de transport plus respectueux de l’environnement, mieux adapté à l’univers urbain et dans tous les cas admissibles aux règles des Zones à Faibles Emissions (ZFE).

 

 

  • VOCATION ET DESTINATION DU BATIMENT CMDU

 

Ce bâtiment a pour vocation première d’héberger des activités de logistique urbaine. Sa situation centrale doit être valorisée en priorité pour une desserte décarbonée des points de vente situés en centre-ville. Par « points de vente », il faut entendre :

– les commerçants traditionnels et indépendants

– les commerçants indépendants hébergés dans des galeries et centres commerciaux

– les supérettes et supermarchés ouverts en ville

– les succursales de chaînes commerciales implantées en ville

– les lockers (consignes automatiques)

– et d’autres formes de commerce qui pourraient être développées par la suite.

 

Il s’agit donc pour l’essentiel d’activités de type B to B. S’il est envisageable de leur adjoindre un volet B to C, notamment pour la livraison de colis aux particuliers dans le cadre de la vente sur Internet et du e-commerce, cela ne peut et ne doit constituer qu’un appoint, tant en volume qu’en rapport financier. Il n’y aura par ailleurs pas de possibilité de retrait de colis sur le site par des particuliers. Ce fléchage des activités vers les commerces et points de vente se différencie nettement d’une activité de messagerie ou d’un entrepôt de logistique classique. Il ne s’agit pas de livrer des paquets de quelques kilos ou des palettes homogènes de produits

de grande consommation, mais de livrer des points de vente situés en centre-ville, avec toute l’hétérogénéité de produits et de conditionnements que cela suppose.

Le bâtiment CMDU doit héberger des services adossés aux différents modes de transport présents sur le site.

Il appartiendra à l’exploitant de déterminer la nature et l’extension qu’il entend donner aux services qui y seront déployés. En première analyse, en s’extrayant de toute directive et sans aucun caractère d’exhaustivité, les pistes suivantes peuvent constituer des points d’appui :

Activité de réserve déportée : la surface disponible dans le bâtiment permet d’envisager une telle activité. Plutôt que de consacrer une partie de leurs locaux afin d’y constituer une réserve, ce qui diminue la surface qui peut être consacrée à la vente et donc à la génération de chiffre d’affaires, les points de vente peuvent se servir du CMDU pour y constituer des stocks de réserve, sachant qu’ils pourront très rapidement être rapatriés ver le magasin pour effectuer un réassort ou un complément si nécessaire.

Activité de stockage avancé : parfois, certaines gammes de produits ou de biens ne peuvent être accessibles que moyennant des quantités minimales excédant les capacités de réception de certains points de vente. Leur échappent de cette façon des opportunités de capter une nouvelle clientèle ou de bénéficier de prix plus bas. Le CMDU, par l’importance de ses surfaces, peut accueillir ces flux, assurer leur réception, leur stockage et leur expédition « au fil de l’eau » en fonction des besoins du commerçant.

Activité de massification : en complément du service précédent, toujours dans l’optique de générer des flux suffisants en quantité pour obtenir des conditions d’achat améliorées, les points de vente peuvent profiter de leur localisation dans le CMDU pour mutualiser leurs achats, commander plus pour acheter moins cher à l’unité.

Activité de services logistiques sur le produit : pour répondre à des sollicitations particulières, à l’occasion d’évènements ou de fêtes, les commerçants et points de vente peuvent avoir besoin de procéder à des opérations de personnalisation sur leurs produits : le co-packing, l’étiquetage, la création de kits ne sont pas réservés qu’aux grandes enseignes ! Le CMDU, qui intègre plusieurs cellules spécialisées, peut permettre de mener à bien ces opérations dans les meilleures conditions de sécurité et d’efficacité.

Activité d’optimisation de la Reverse Logistique : les produits livrés aux commerçants et points de vente sont pour la plupart conditionnés et emballés, pour aider à la manipulation des biens, les protéger durant le transport et éviter les vols. Il en résulte que les points de vente sont encombrés d’emballages divers dont ils ne savent quoi faire et qui les encombrent. Les palettes, les cartons, les films plastiques de banderolage etc. ont vocation à être récupérés pour être recyclés. Les tournées de livraison organisées au départ du bâtiment CMDU pour livrer les produits peuvent être utilisées au retour pour rapatrier ces biens à recycler.

Activités de réassort : les tournées de livraison pouvant être déclenchées de façon rapide et le bâtiment CMDU étant très proche du centre-ville, des demandes de réassort urgentes peuvent être satisfaites au départ du site vers les commerces menacés de rupture de stock. Disposer de son stock au CMDU permet de faire face aux aléas de la demande en étant sûr de pouvoir faire face à des ventes imprévues.

Massification du réapprovisionnent du bâtiment CMDU : les dimensions et caractéristiques techniques du bâtiment permettent la réception de flux massifiés qui sont ensuite dégroupés pour répondre aux sollicitations du marché. Les plages d’ouverture de ce bâtiment sont plus larges que celles des points de vente auxquels les produits sont destinés. Cela constitue pour les commerçants un confort accru dans leur politique d’approvisionnement.

 

Ce ne sont là que quelques pistes qui peuvent s’additionner, se combiner, être mises en œuvre de façon occasionnelle ou plus pérenne. La distribution urbaine est une discipline relativement nouvelle qui doit trouver ses marges de progression et mettre en place ses propres modes de fonctionnement, qui sont différents de ceux de la logistique classique.

 

Le maître-mot qui doit guider l’exploitant du bâtiment CMDU est celui de « service ». Certains existent déjà, beaucoup d’autres sont encore à créer. Le service consiste à rendre le CMDU irremplaçable pour les commerçants et les points de vente :

 

– en leur permettant d’être plus efficaces, d’accroître la satisfaction de leurs clients, de les fidéliser et d’accroître ainsi leur chiffre d’affaires.

 

– en mettant en œuvre des outils de gestion de ces flux, de traçabilité sécurisant les transactions, facilitant et fluidifiant la transmission d’information.

 

– en impliquant également l’utilisation et le développement de modes de livraison cumulant efficacité opérationnelle, vertu environnementale et confort d’utilisation pour les opérateurs. Dans cet ordre d’idées, outre les petits véhicules électriques, les outils de la cyclo-logistique doivent trouver leur place, voire même ultérieurement l’expérimentation de nouveaux concepts comme l’hippo-logistique.

 

– en générant à tous les niveaux, y compris à celui de la ville et des localités où le service est déployé, une optimisation des flux.

 

Cette pluralité de compétences et d’implications peut amener plusieurs opérateurs potentiels à pouvoir répondre sur certains points, mais non sur la totalité. C’est la raison pour laquelle cet AMI admet des candidatures de groupements au sein desquels des opérateurs mettraient en commun leurs diverses compétences pour faire une proposition globale.

 

  • CARACTERISTIQUES PRINCIPALES DE L’AUTORISATION

Type d’autorisation :

La location sera formalisée par une convention d’occupation temporaire du domaine public, en application du Code général de la propriété des personnes publiques.

A l’issue de cette convention, l’occupant sera tenu d’enlever toutes les installations et aménagements qu’il aura mis en œuvre dans le bâtiment ou sur les espaces extérieurs mis à disposition.

Durée de l’autorisation :

La durée d’occupation sera fixée avec l’occupant en fonction du projet envisagé.

Régime financier :

 

 

Année 2024

 

 

Redevance de base d’occupation

 

65 € HT / m² / an

Ce tarif est applicable indifféremment pour les surfaces de bureau et d’entrepôts (soit 2 677 m²).

 

Dépôt de garantie à la signature de la convention.

 

3 mois de redevance

 

Frais de surveillance dissuasive

 

0,48 € HT / m² / an
 

Participation aux frais d’entretien de zone

 

306,60 € HT par an

 

Frais de convention

 

237 € HT

 

Les redevances seront révisées chaque année, suivant l’évolution de l’indice ICC.

Les charges seront également révisées chaque année, suivant l’évolution des indices contenus dans la convention.

 

Ports de Lille, dans un double souci de voir, d’une part ce bâtiment CMDU utiliser le transport multimodal auquel sa localisation lui donne accès, et d’autre part répondre à la desserte des points de vente du centre-ville, envisage un loyer incitatif s’appuyant sur l’implication de l’exploitant du bâtiment dans ces 2 domaines.

  1. a) dans le cadre d’une démarche d’accompagnement et d’incitation à l’usage des transports alternatifs à la route, un loyer dégressif sera appliqué en fonction du taux de recours à la multimodalité, et notamment à l’utilisation du transport fluvial. Ainsi, une remise sur le tarif de base sera appliquée suivant le barème suivant :

– De 15 à 30 % du tonnage/volume (m³) annuel réalisé par voie d’eau et/ou ferroviaire : remise de 15 % sur le loyer de base

– Au-delà de 30 % du tonnage/volume (m³) annuel réalisé par voie d’eau et/ou ferroviaire : remise de 20 % sur le loyer de base

 

  1. b) dans le cadre du rôle de service dévolu au CMDU vis-à-vis de la desserte du centre-ville, un périmètre urbain prédéfini et jugé prioritaire a été établi, qui figure en annexe. Une remise sur le tarif de base sera appliquée de la façon suivante :

– si 50 % à 75 % des points de livraisons vers des points de vente sont situés dans ce périmètre : remise de 10 % sur le loyer de base.

– Au-delà de 75 % des points de livraison vers des points de vente sont situés dans ce périmètre : remise de 20 % sur le loyer de base.

CONTRAINTES

 

Une attention toute particulière sera apportée à l’adoption d’une démarche environnementale et durable, notamment dans l’utilisation des modes de transports « doux » et respectueux de l’environnement Cet aspect sera évalué au regard des ambitions portées par la Troisième Révolution Industrielle « REV3 ».

 

Il est attendu des engagements concrets et forts sur ce point, voire une expérience actuelle de mise en œuvre de ce type de transport.

 

Il est rappelé que pour l’exercice de cette activité, le candidat devra faire preuve d’une réactivité et d’une agilité toute particulière.

 

Dans le même ordre d’idée, l’exploitant devra montrer qu’il est pleinement conscient qu’il contracte un engagement moral de service vis-à-vis de la Ville et des communes de la MEL où il déploiera ses activités. La distribution urbaine, par son objet même, nécessite d’entretenir avec les Collectivités locales des relations étroites empreintes d’une confiance mutuelle.

 

 

  • MODALITES DE CONSULTATION

 

PORTS DE LILLE invite toute personne intéressée par la conclusion d’une convention d’occupation à le contacter et à remettre un dossier de candidature dans les conditions suivantes :

 

CONTENU DU DOSSIER DE REPONSE :

 

Ce dossier doit permettre à PORTS DE LILLE d’avoir une vision et une compréhension globale de la volonté du candidat.

Pour cela il comprendra :

  • Une description du candidat ou en cas de groupement de la composition de celui-ci, de l’actionnariat et de toutes informations utiles pour appréhender la qualité du postulant :
  • Un extrait K-BIS de moins de 3 mois ;
  • Une présentation des capacités financières de l’entreprise avec notamment une déclaration concernant son chiffre d’affaires sur les trois dernières années et les bilans ;
  • Une présentation commerciale de l’entreprise ;
  • Une présentation des réalisations et de l’expérience réussie de mise en œuvre réelle et opérationnelle de services de logistique urbaine.
  • Une présentation du projet envisagé avec notamment :
  • Une présentation du projet et des services envisagés, avec le développement commercial prévu pour en assurer le succès ;
  • Présentation des raisons de l’implantation ;
  • Les Moyens qui seront affectés en termes de personnel et de moyens matériels ;
  • Mise en œuvre de la multimodalité et impact environnemental avec le cas échéant : Présentation du trafic fluvial envisagé (volume, provenance des flux, justificatifs apportés etc.) ; organisation du chargement/déchargement (matériels, personnel etc.) ;
  • Présentation des Aménagements et investissements éventuellement envisagés dans le bâtiment ;
  • Partenariat(s) éventuel(s) ;
  • Démarche RSE déployée sur le site ;
  • Date d’entrée dans les lieux et Durée d’occupation envisagées ;
  • Conception quant au déploiement d’un réseau pour une diffusion élargie du système de distribution urbaine (duplication ou antennes déportées). ;
  • Note de compréhension de la logistique urbaine en métropole lilloise.

 

 

MODALITES DE REMISE DES PROPOSITIONS :

 

Les dossiers devront parvenir avant le 29 mars 2024 à 17h00 par voie dématérialisée aux adresses suivantes :

 

commercial@portsdelille.com

juridique@portsdelille.com

 

Les dossiers qui seraient remis après la date et l’heure limites ne seront pas retenus.

 

 

CRITERES DE CHOIX :

 

Les critères de choix seront les suivants :

 

Analyse de la solidité financière du postulant 15 points
Expériences significatives du candidat dans la logistique urbaine 15 points
Analyse du projet envisagé Activité projetée : pertinence d’implantation, cohérence avec la stratégie de PORTS DE LILLE telle que développée ci-avant, variété des services proposés, perspectives d’évolution commerciale, cohérence du Business Plan. 20 points
Contribution à la réduction des nuisances environnementales et compatibilité avec les objectifs de « REV3 », aspect collaboratif et qualité des partenariats, connexion du projet avec le cadre portuaire. 20 points
Développement trafic voie d’eau (engagement pris, justificatifs etc.)

Autres flux générés par l’activité (entrants et sortants) et compatibilité avec le site portuaire

20 points
Evaluation de l’équipe affectée pour développer, porter le projet et innover 10 points

 

Une audition des candidats sera organisée préalablement au choix final.

 

PORTS DE LILLE sera attentif aux justificatifs apportés et à la solidité du projet. Le Concessionnaire se réserve le droit de ne pas attribuer d’autorisation si les propositions reçues ne sont pas en adéquation avec les intérêts du domaine public géré.

 

 

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 

 

La visite du bâtiment est obligatoire. Prise de contact auprès du service commercial de PORTS DE LILLE au plus tard le 18 mars 2024.

Pour toute question concernant cette procédure ou pour obtenir des informations complémentaires, adressez un courriel à commercial@portsdelille.com ou juridique@portsdelille.com ou téléphoner au 03.20.22.73.80